Les Rps du pas beau...

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Lun 16 Mar - 23:24

Bon voilà un peu de lecture pour ceux qui passent (qui sont d'ailleurs assez rare en ce moment...)...

Ma dernière "création", un Rp fait pour un concours, qui n'a pas rencontré un franc succès... !!!Hésitez pas à donner votre avis !!!


Apokalypse et handicap, ou comment devenir dépressif en quelques lignes.

… mon rêve était des plus agréables : nous étions en train de nous marier, ma compagne et moi, quand l’enfer se déchaîna. Je venais de lui passer la bague au doigt et je m’apprêtai à l’embrasser quand soudainement une vive lueur rouge apparut, et un mur de flammes s’abattit dans la salle. Un mur de flammes ayant la forme d’une tête démoniaque…
C’est à ce moment-là que je me suis réveillé, couvert de sueur et tremblant de fièvre, en train de hurler et de me tordre de douleur dans mon lit, comme si mon corps était devenu fou. Comme si l’incroyable machinerie qui le faisait fonctionner peinait à fonctionner, comme si mon corps allait mourir. Ma compagne, couchée à mes côtés, subissait la même torture que moi.
Cette souffrance ne dura que quelques minutes, mais j’eu l’impression de vivre une éternité en Enfer sous les coups des suppôts de Satan, plongé dans une sorte de coma qui nous déconnectait de la réalité mais qui nous laissait tout de même percevoir la douleur. J’eu quelques moments de lucidité pendant lesquels j’entendis mes voisins hurler de la même manière que nous… Et si j’avais été Dieu, j’aurai entendu toute l’Humanité hurler de douleur…

Il y eut un énorme rugissement puis la douleur s’arrêta brusquement, nous laissant affaler sur nos matelas et perclus de douleurs, comme après une journée particulièrement sportive. Il nous fallu dix bonnes minutes pour que la douleur dans notre corps se calme, et que nous puissions nous lever afin de nous habiller –sommairement- et sortir dans la rue…
Il est étrange de voir que les Humains ne sont pas si différents que ça les uns des autres… Tout le monde, sans exception, sortit dans la rue pour voir ce qui se passait… Et bien ils ne furent pas déçus, ce furent sûrement les meilleurs effets spéciaux qu’ils virent de leurs misérables vies...
Une gigantesque tornade rougeâtre s’élevait dans le ciel à quelques dizaines de kilomètres de là où nous nous étions réunis, une tornade remplie d’éclairs et dont plusieurs « filaments » de plusieurs kilomètres de diamètre partaient. Bien que le jour ne se soit pas encore levé, nous pouvions voir que le ciel était rempli de nuages noirs comme le charbon, et nous sentions que quelque chose volait dans notre ciel, et que cela n’était pas seul…

Malheureusement pour nous, tout cela était réel, et nous fûmes violement ramené à la réalité. Un cri strident retentit, jetant la panique au sein de notre groupe et en clouant certains au sol. Les créatures que nous avions senties dans le ciel, se mirent alors à nous tomber dessus, enlevant certains d’entre nous dans les airs dans des cris de terreur, en clouant d’autres sur le sol avant de les déchiqueter ou bien en les propulsant loin dans les airs… Les manières dont ces rejetons de l’Enfer nous massacrèrent étaient bien trop nombreuses et horribles pour que je puisse vous en faire une liste complète… De toute manière, je ne me souviens de pas grand-chose…
Je fis parti de la catégorie des gens cloués au sol par le cri : celui-ci retentissait dans mon crâne, le mettant à mal et me déchirant les tympans. A genoux en plein milieu de la rue, je me tenais la tête en hurlant à m’en écorcher la gorge, ne pouvant absolument plus faire le moindre geste. Je priai pour que tout cela s’arrête, pour que la douleur cesse, pour que quelqu’un me tue…
Quelque chose vint alors se loger dans ma gorge. Un moucheron sans doute, perturbé par ce qui passait au dehors. Toutefois, il vint se loger au fond de ma gorge et me fit m’étouffer. Cela fit trop pour mon corps, qui s’écroula sans connaissance sur le goudron alors que le monde autour de moi s’effondrait aussi…


Je repris connaissance plusieurs heures après. Le jour s’était levé depuis quelques heures déjà, et le spectacle de la rue ravagée et parsemée de cadavres pas toujours entiers –la rue qui m’avait vue grandir et devenir l’homme que j’étais- était encore plus terrorisant qu’en pleine nuit…
Je me trouvais adossé au mur de ce qui était encore il y a quelques heures, la devanture d’un magasin de chocolat –très bon d’ailleurs. Ma compagne se trouvait à côté de moi, m’essuyant du mieux qu’elle pouvait le sang sur mon visage et tentant de panser mes blessures. Elle-même n’était pas dans un meilleur état, mais je n’étais pas en mesure de bouger pour le moment… Bien que mentalement exténué, je vis tout de suite que quelque chose n’allait pas, mais je ne pu trouver quoi, mon cerveau ne pouvant fournir un tel effort. Dommage car cela aurait sauvé des vies…
Ma compagne s’éloigna pour aller fouiller la vitrine d’un magasin situé de l’autre côté de la rue, alors que je tentais de récupérer quelques forces pour pouvoir me lever et penser. C’est alors que j’aperçus une créature démoniaque marcher sur la façade de l’immeuble abritant le magasin. En plein sur ma compagne…
A présent complètement conscient –mais pas encore capable de bouger- grâce à l’adrénaline, je me mis à crier un avertissement pour ma compagne. Elle ne remarqua même pas que j’avais parlé. Pensant ne pas avoir crié assez fort, j’hurlais aussi fort que plus tôt, alors que je soufrai dans mon lit. Toujours aucune réaction… Continuant de crier, je tentais d’attirer son attention par des gestes, mais rien que je ne pu faire ne fonctionna …
La créature arriva et se jeta sur elle, devant mes yeux impuissants. Cette engeance du mal la déchira, mais –et sur le moment, je ne m’en aperçus pas- je n’entendis aucun cri. Je ne vis que son corps être réduit à l’état de lambeaux sanguinolent avant d’être mâché et avalé. Puis la créature dirigea son regard vers moi, et un sourire malfaisant apparut sur ses lèvres. Ma compagne était morte à cause de moi, à cause de mon impuissance. La créature se rapprocha de moi à pas lents. Elle était morte par ma faute. Comme un prédateur sadique qui s’amuse avec sa proie avant de la mettre à mort. Je n’avais pu la sauver. Je ne pouvais plus détourner mon regard de ses restes. Et je ne pensais même pas à m’enfuir, inconscient du danger qui me guettait. La seule chose à laquelle je pensais était que j’avais perdu ma moitié… Et qu’elle était morte par ma faute.

Alors que la créature allait me donner le coup de grâce, il y eut un éclat de sang et elle s’écroula lourdement au sol. Des gens accouraient tout autour de moi pour m’aider et sécuriser le périmètre. Complètement déconnecté de la réalité, je les vis me parler, tenter de communiquer avec moi. Mais pourquoi faisait-il cela, n’avait-t-il pas compris que tout était vain ? Pourquoi m’avait-il sauvé de cette créature ? Nous allons tous périr, l’Humanité va disparaître, alors autant ne pas souffrir plus que mesure. J’aurai disparu comme ma compagne, décoré par une quelconque créature, mes restes pourrissant à l’air libre et mes os nettoyés par les charognards…
Tout ces gens n’avaient-ils pas encore compris que nous n’avions aucune chance ? A quoi pourrai-je servir dans ce monde ? Sans ma compagne, sans pouvoir parler, ni entendre –car à présent, je savais pourquoi je n’avais pu la sauver… Mes cordes vocales et mes oreilles venaient de me lâcher…-, je n’étais à présent qu’un fardeau inutile, un sac à viande inutile et tout juste bon à attirer les ennuis.
Après avoir essayé pendant un certain temps de communiquer avec moi, les gens abandonnèrent et me mirent debout. On m’expliqua par geste que je devais mes suivre, qu’ils allaient se réfugier dans un endroit sûr, que seul je n’étais pas en sécurité… Ces idées me firent sourire, tellement elles étaient fausses… Il est drôle de voir comment l’Homme peut s’accrocher à une utopie, même quand la vérité est évidente et sous ses yeux.
On me donna une arme à feu chargée et on me fit signe de venir avec le gros de la troupe. Cette arme était mon salut, ma délivrance. Ma décision fut prise en un quart de seconde.

Je pointais le canon vers mon visage et pressais la détente. La balle quitta le canon de l’arme et vint se loger dans mon crâne. Un coup parfait, qui me tua quasiment instantanément. Alors que je m’effondrais par terre, les autres accoururent tout autour de moi, pour essayer de me sauver.
Alors que je sentais une partie de moi s’élever dans les airs, j’eus la certitude que je me dirigeais vers un monde meilleur, que j’allais rejoindre ma compagne. Que je quittais un monde de douleur et de déception, le monde dans lequel j’avais vécu pendant de si nombreuses années… Je n’eus aucun regret à partir, laissant derrière moi ce groupe de gens qui m’avait sauvé, et qui m’avait tué en même temps…


Lien vers la version Word "originale": http://www.scribd.com/doc/13680832/Rp-DG-Premier-Tour


Dernière édition par Dark Anubis le Ven 27 Mar - 1:15, édité 1 fois

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par pastis le Lun 16 Mar - 23:43

A chaque fois que je lis un Rp je me demande comment les gens font pr avoir une telle imagination !!! Sinon franchement l'histoire est bien, un peu tirée par les cheveux mais bon sinon elle aurait une allure de déjà vu ;-)
avatar
pastis
Floodeur fou
Floodeur fou

Nombre de messages : 1010
Age : 27
Localisation : Rouen 76
Date d'inscription : 10/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par pastis le Lun 16 Mar - 23:53

Sinon je viens de voir que tu habitais ds une ville de hand, où ? vu que tu as mis "petite ville" je dirais : Aurillac ou Saint Raphaël ?
avatar
pastis
Floodeur fou
Floodeur fou

Nombre de messages : 1010
Age : 27
Localisation : Rouen 76
Date d'inscription : 10/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Mar 17 Mar - 0:18

pastis a écrit:A chaque fois que je lis un Rp je me demande comment les gens font pr avoir une telle imagination !!!

Les films ça aident ^^ Et puis, sans me vanter, j'ai une imagination assez fertile, mais bon c'est pas mal inspiré de livres, jeux et films de SF, fantasy, fantastiques, etc... Seul j'aurai pas été capable de penser à tout ça...


Et puis nan, c'est pas St-Raph ni Aurillac, mais Tremblay-en-France...

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par monia le Mar 17 Mar - 1:44

Le titre "comment devenir dépressif" est bien choisi.
A la lecture, j'ai ressenti un petit pincement.
Attention aux fautes.
avatar
monia
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 13972
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 10/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Mar 17 Mar - 12:32

Euh celle d'apocalypse est volontaire...

Sinon, je vois pas où j'ai fait de fautes (saloperie de Word qui les a pas mentionnées )

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Baal [M.B.] le Ven 20 Mar - 18:51

Je vais critiquer parce que j'adore faire ça shifty

Alors déjà effectivement l'orthographe est pas tout à fait correcte mais ça reste lisible.

Second reproche que je peux te faire, c'est sur la structure elle-même du texte : tu n'as pas de vrai introduction déjà tu commence dans le sujet, je pense que quelques lignes présentant le héros la veille de l'évènement aurait été sympa mais ça c'est mon avis.

Et éviter les backs ups super lourds de l'avant dernier paragraphe,
darky a écrit:J’aurai disparu comme ma compagne, décoré par une quelconque créature, mes restes pourrissant à l’air libre et mes os nettoyés par les charognards
Tout ces gens n’avaient-ils pas encore compris que nous n’avions aucune chance ? A quoi pourrai-je servir dans ce monde ? Sans ma compagne, sans pouvoir parler, ni entendre –car à présent, je savais pourquoi je n’avais pu la sauver… Mes cordes vocales et mes oreilles venaient de me lâcher…-[...]

Ensuite tes paragraphes ne sont pas trop long ni trop court ça c'est très bien, j'apprécie vraiment, un point positif. ^^

L'histoire et la façon d'écrire sont vraiment sympa hormis les quelques répétitions, et certaines phrases qui ne sonnent pas super bien.
darky a écrit:Il y eut un énorme rugissement puis la douleur s’arrêta brusquement, nous laissant affaler sur nos matelas et perclus de douleurs, comme après une journée particulièrement sportive
ça sonne pas vrai ta phrase ; je trouve que remplacer sportive par quelque chose de plus général du genre fatigante ou exténuante aurait mieux sonner (ce n'est qu'un exemple il y a d'autres phrases comme ça).

Et pour finir je parlerais de ta ponctuation qui est plus aléatoire, les points de suspensions ne peuvent pas faire office de point. Je sais que les points de suspension c'est pour donner un effet de style, troue de mémoire du héros etc. mais je pense que tu en abuses un peu quand même (quand il perd connaissance quand il se réveille au début d'accord mais sinon tous les autres ça fatigue sincèrement)

Voilà sinon j'ai bien aimé ton histoire, elle est bien rédigée, sujet assez fréquent mais bien réfléchis avec quelques nouveautés.

Bravo darky, je suis un de tes fans Smile
avatar
Baal [M.B.]
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 5810
Age : 30
Localisation : en chemin
Date d'inscription : 12/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Ven 20 Mar - 21:10

Merki Smile

Le fait que j'ai pas mis d'intro est volontaire, j'avais pas envie d'en faire une (pas le temps aussi... 'Fin bref ^^)...

Pour les répétitions et les sonorités des phrases, j'essaye de faire ce que je peux, mais bon parfois j'écris si lentement que je me rappelle pas trop ce que j'ai mis dans la phrase d'avant ^^ Et puis là j'ai pas eu le temps de me relire, il était tard quand je l'ai écrit celui-là =P

Les points de suspension j'arrive pas, si ça ne tenait qu'à moi, j'en metterai partout =P

Pour le sujet, c'est pas moi qui l'avait choisi =P

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Sam 21 Mar - 16:57

Hop, hop, hop, chose promise, chose due... Bonne lecture Wink

Je pourrai dire âmes sensibles s'abstenir mais il est pas si gore que ça finalement (il est horrible par contre...)


Rébellion, purification et endoctrinement,
ou comment faire un Rp non-constructif et sans intérêt en quelques lignes.


Finin, simple paysan, était en train de réparer le toit de sa chaumière, endommagé par le passage de la tornade qui avait dévastée toute la région il y a quelques jours, quand le guetteur sonna du cor pour annoncer l’arrivée de visiteurs du Royaume. Tous cessèrent leurs activités et se rassemblèrent sur la Grande Place, les hommes agenouillés face contre terre d’un côté, les femmes et leurs enfants à genoux de l’autre. Et au centre, une dizaine d’homme au garde-à-vous, vêtus de plastrons et de calottes de cuir, armés de glaives ou d’arc…

Des cavaliers entrèrent au galop dans le village, amenant avec eux un énorme nuage de poussière. Ils firent le tour de la place à grande vitesse, répandant cris de frayeur chez les enfants, toussotements et pleurs chez les plus vieux. Puis ils revinrent vers la porte principale et formèrent une haie d’honneur de part et d’autre de celle-ci.

Une vingtaine de chariots accompagnés par une poignée de cavaliers firent leur entrée dans le village. Les chariots allèrent s’arrêter à l’écart, dans un endroit où ils ne gêneraient personne, tandis que l’ensemble des cavaliers se dirigeaient vers les hommes au centre de la place, qui composaient la milice du village. Les nouveaux venus étaient tous des soldats de métier, aux armures frappés du blason du Royaume et aux visages marqués par les nombreuses années de service, sauf deux personnes. Deux personnes, une de grande taille et l’autre bien plus petite, vêtues d’un long manteau noir parsemé de lignes rouges et dont le visage disparaissait dans l’ombre de leur capuchon. Deux personnes qui, malgré leur frêle stature, étaient la plus grande crainte des villageois et des soldats. Les terribles Prêtres-Sorciers du Royaume, connus, redoutés, craint et haïs de tous –sauf du Roi-, même en dehors des limites du Royaume.

Des hommes –car aucune femme n’était admises dans leur rangs- à la cruauté sans limite et au désir de tuer omniprésent. Une rumeur racontait que les lignes rouges sur leurs manteaux étaient faîtes du sang séché des gens qu’ils ont tués de leurs propres mains, et que chaque motif correspondait à un nombre de morts. Les deux Prêtres s’avancèrent vers le chef de la milice.
« Tu mèneras cette affaire mon cher Apprenti, fit le plus grand des deux.
-Merci Maître, répondit une voix juvénile pleine d’intonations peu courantes dans la bouche d’un enfant aussi jeune. Ai-je le droit d’employer toutes les méthodes pour y arriver ?
-Oui, bien sûr. Tu agis au nom du Roi, et tu dispose de tous les pouvoirs qui m’ont été confiés pour cette mission. »

Bien que son visage ne fût pas visible, le Maître sentit que son élève souriait, heureux de pouvoir accomplir seul et sans restriction sa mission. Ils s’arrêtèrent devant un homme de grande taille, bien bâti, au crâne rasé et portant une longue épée dans son dos. Malgré cela, il transpirait de peur face aux deux religieux, et son corps tremblait légèrement, signe qu’il savait de quoi était capable ces fanatiques. « Un ancien soldat », se dit l’Apprenti avec un léger rictus.

Après les politesses d’usage, le chef de la milice se redressa et regarda pour la première fois ses interlocuteurs dans les yeux…
« Bienvenue dans notre humble village, mes Seigneurs. Que nous vaut la visite de deux éminents représentants de notre toute puissante Eglise ?
-Nous sommes là pour faire appliquer le nouveau décret royal », déclara l’Apprenti en faisant tomber son capuchon.
Il ne devait pas avoir plus de onze ans mais son visage était déjà marqué par le Mal. Scarifications et blessures suite à l’utilisation de sa sombre Magie constellaient déjà sa peau et ses yeux brillaient de démence. Le chef de la milice recula de quelques pas devant cette vision hérétique de l’enfance : il avait déjà vu des Prêtres ainsi, mais jamais à cet âge… Ce petit devait être extrêmement doué pour être dans cet état avancé si jeune…

L’Apprenti, fier de son petit effet, sortit un rouleau de parchemin de sa poche, le déplia et se mit à le lire.
« En ce troisième jour du quatrième mois de l’année 1394, notre glorieux et invincible Roi a décrété la mobilisation générale de tous les homes valides en âge de porter les armes et de la Milice de Sa glorieuse Majesté. Le rassemblement se fera dans la ville-garnison la plus proche et devra être effectué dès réception de cette missive. A aussi été ordonné que la dîme soit triplée et que la part des récoltes revenant au Royaume soit triplée, et ce pour les trois années à venir. »

Cette dernière annonce causa un grand remous au sein des habitants du village, un remous que le chef de la milice fut forcé d’expliquer.
« C’est qu’une grande tornade a traversé nos champs il y a quelques jours, et a ravagé une grande partie des cultures, Seigneur. Et après avoir payé la dîme et la part au Royaume, il ne nous aurait pas resté grand-chose pour passer l’hiver…
-Et alors ? Qu’est-ce-que cela peut me faire, tu peux me le dire ?, demanda l’Apprenti.
-Et bien Seigneur, nous…
-Vous allez vous soumettre à ma parole !, coupa l’Apprenti en se mettant à tonner de sa petite voix. Nous sommes les représentants de sa Divine Altesse et les prêcheurs de Sa parole. Qui es-tu, pauvre bouseux, pour discuter les ordres de Sa Majesté ? Personne ! Tu n’es PERSONNE !, hurla l’Apprenti, au bord de l’hystérie. Alors que tes récoltes aient été détruites par une tornade je n’en ai rien à faire, cela ne me concerne pas, moi je pourrai manger à ma faim. Ceux qui sont mobilisés auront de quoi se nourrir et les autres se débrouilleront, et s’ils ne trouvent pas le moyen de se sustenter, ils mourront : le Royaume n’a que faire des incapables. As-tu compris ?
-Oui, Seigneur, nous ferons tout ce que vous nous direz », fit le chef de la milice en se jetant au sol et tremblant comme une feuille.

Le spectacle pitoyable se tramant devant l’Apprenti lui donna la nausée, et réveilla une envie irascible de tuer. Levant la main en direction de l’homme prosterné devant lui, il prononça quelques paroles dans une langue gutturale. Un faisceau de lumière rouge quitta sa main et alla envelopper l’homme qui se mit à hurler. La sphère s’éleva dans les airs en infligeant toujours des souffrances indicibles à son occupant. Puis, étant arrivée à trois mètres environ du sol, elle explosa, projetant sang, os et tissus sur tous les gens aux alentours, qui hurlèrent de frayeur autant que de surprise.

Dégoûté par ces gens, l’Apprenti mit pied à terre et matérialisa son arme, un grand sabre noir marqué de Runes rouges. Alors que les miliciens étaient toujours agenouillés, il décapita deux d’entre eux d’un large mouvement, avant de carboniser les autres d’un Sort. Se tournant alors vers la population rassemblée, il projeta un éclair dans la masse des hommes avant de se diriger vers les femmes et enfants. Ceux-ci se mirent à courir en criant, essayant de fuir la colère, les Sorts meurtriers et la lame de l’Apprenti.
Rien n’y fit, il poursuivit chaque Humain, les abattant sans remords, éclatant d’un rire dément lorsque la mort était particulièrement douloureuse ou sanguinaire. Il abattait des mères dans le dos avant de projeter leurs enfants dans les airs et de les tuer d’une boule de feu ou d’un mouvement de sabre, quand il ne matérialisait pas une lance sur laquelle venaient s’empaler les pauvres victimes.
Voyant quel serait leur sort, les hommes s’attaquèrent à l’Apprenti, aux cavaliers ou tentèrent de s’enfuir. Armés de leurs poings et de leur courage défaillant, ils furent tous massacrés sur place, dans d’atroces souffrances, les cavaliers comme l’Apprenti aimant bien faire souffrir leurs victimes avant de les tuer.


Une fois que le massacre fut terminé, les soldats pillèrent maisons et granges, détruisant les habitations et constructions en y mettant le feu. Une fois que toutes les richesses furent rassemblées sur la Grande Place, les chariots furent chargés et ils prirent le chemin du retour, escortés par les cavaliers.
Le Maître resta encore quelques temps, souhaitant discuter en privé avec son Apprenti, qui dessinait de nouveaux motifs sur son manteau.
« Une affaire menée de manière… intéressante mon cher Apprenti. Pourquoi as-tu massacré ces pauvres hères ?
-Ils me faisaient pitié Maître. Ils étaient là à se plaindre, plutôt que d’obéir aux ordres que je leur avais donnés. De toute façon, ceux qui seraient restés seraient morts de faim et les autres seraient sûrement morts au combat, alors j’ai évité au Royaume des dépenses inutiles.
-Tu crois avoir rendu service à qui que ce soit ? (Le Maître eut un petit sourire) Mon très jeune Apprenti, tu apprendras que l’être humain peut se révéler très débrouillard quand sa survie en dépend : les gens ne seraient pas morts de faim, ils auraient trouvé un moyen de survivre. Tous n’auraient peut-être pas passé l’hiver, je te l’accorde mais ce village aurait continué à exister. Et puis, en massacrant les hommes, tu viens de priver le Royaume d’un certain nombre de ses soldats. Très peu bien sûr, mais imagine ce qui se passerai si tout le monde se mettait à massacrer un village parce qu’il se plaint ? Nos armées diminueraient de manière considérable, nous rendant vulnérable. Ce que je veux que tu comprennes aujourd’hui, c’est que la mort n’est pas toujours la bonne solution avec les paysans, qui ne sont que des minables geignards et toujours mécontents de leur sort. Il aurait suffit que tu exécute une ou deux personnes pour les effrayer et les soumettre à ta volonté. Ainsi nous aurions pu faire appliquer le décret du Roi.
-SI j’ai mal agit en commettant cet acte, pourquoi ne m’avez-vous pas arrêté Maître ?
-Parce qu’une bonne leçon est utile de temps en temps. Les paysans ont tendance à se croire au-dessus de leur réelle condition, et un bon exemple calme les esprits et les remet à leur place pour un temps. La nouvelle de l’exécution de tout un village parce qu’il refusait de se soumettre au décret va circuler rapidement dans le Royaume, et nous ne devrions plus rencontrer de problème de ce genre. Et puis cela consiste un rituel dans l’éducation de tout Apprenti, nous sommes tous passés par là, sans exception. Tout acte dans la vie a sa part de justesse et de faute, ne l’oublie jamais.
-Oui Maître, fit l’Apprenti, en assimilant la leçon que venait de lui donner son mentor.
-Rentrons. De la paperasse nous attend, c’est l’inconvénient de ce genre d’acte. (Les deux cavaliers quittèrent le village, laissant derrière eux un vrai charnier) En tout cas, je suis fier de toi mon Apprenti, tu as bien appris tes leçons sur le maniement des Sorts de combat, tu maîtrise un grand nombre d’énergies mortelles. Je t’enseignerai prochainement l’utilisation d’énergies encore plus destructrices que celles que tu connais actuellement… »

Alors que les deux Prêtres s’éloignaient du village, celui-ci se mit à trembler et une gigantesque colonne de flamme s’éleva dans les airs, carbonisant tout ce qui se trouvait sur son passage, effaçant toutes les traces de la présence Humaine dans ce coin, ne laissant d’un gigantesque cercle de terre brûlée comme témoin de la présence d’une vie ici…


Lien vers la version Word "originale": http://www.scribd.com/doc/13680835/Rp-DG-deuxieme-tour


Dernière édition par Dark Anubis le Ven 27 Mar - 1:16, édité 4 fois

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par monia le Dim 22 Mar - 0:08

Tout d'abord, je l'ai lu 2 fois car au fur et à mesure je perdais le fil de l'histoire.
J'ai moins aimé ce RP, on dirait qu'il y a plus de personnes au village que prévu.
La fin de l'histoire est plus concrète et comme tu l'as dit, on ne peut pas tous les aimer.
L'as-tu relu ? Certaines phrases manquent de syntaxe.
Désolée pour mes critiques Embarassed
avatar
monia
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 13972
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 10/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Dim 22 Mar - 11:16

monia a écrit:J'ai moins aimé ce RP, on dirait qu'il y a plus de personnes au village que prévu.
La fin de l'histoire est plus concrète et comme tu l'as dit, on ne peut pas tous les aimer.
L'as-tu relu ? Certaines phrases manquent de syntaxe.
Désolée pour mes critiques Embarassed

Nan au contraire, j'aime bien quand y a des crtitiques ^^

Euh, t'entends quoi par là ?

Oui je l'avais relu et j'avais rien vu qui me choquait...

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par monia le Dim 22 Mar - 12:45

dont le visage disparaissait leur capuchon
pour moi le sens de la phrase n'est pas correcte
pour la première ses interlocuteurs dans les yeux… celle-ci non plus, il doit manquer 1 mot
constellaient déjà se peau : se =sa
mobilisation générale de tous les homes valides en âge : qu'entends-tu par "hommes valides en âge", il faut un âge pour être valide ?
Une fois que le massacre fut terminé, les soldats pillèrent maisons et granges, détruisant les habitations et constructions en y donnant mettant le feu. : donnant mettant
traces de la présence Humaine dans ce soin, : ce coin
avatar
monia
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 13972
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 10/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Dim 22 Mar - 13:04

Arf j'avais pas vu tout ça ^^

monia a écrit:dont le visage disparaissait leur capuchon
pour moi le sens de la phrase n'est pas correcte

Oups ^^ Je savais bien qu'il me manquait un truc ici...
"dont le visage disparaissait dans l'ombre de leur capuchon", c'est mieux de toute façon ?

monia a écrit:pour la première ses interlocuteurs dans les yeux…
celle-ci non plus, il doit manquer 1 mot

Nan, pour moi c'est parfaitement clair... Je vois pas ce qui manque... Après relecture: ah bah si il manque un mot ^^Comme quoi je lis pas ce que je vois ^^ Je m'en excuse


monia a écrit:constellaient déjà se peau : se =sa
Une fois que le massacre fut terminé, les soldats pillèrent maisons et granges, détruisant les habitations et constructions en y donnant mettant le feu. : donnant mettant
traces de la présence Humaine dans ce soin,: ce coin

Arf pas vu ces fautes à la con, je corrige...


monia a écrit:mobilisation générale de tous les homes valides en âge : qu'entends-tu par "hommes valides en âge", il faut un âge pour être valide ?

"Valides" signifie que seuls les hommes en bonne santé peuvent être mobilisés: s'ils leur manquent une jambe, une main, un oeil, s'ils sont infirmes, etc... ils ne pourront pas faire parti de l'armée... C'est pas des monstres quand même ^^

le "en âge" va avec la suite de la phrase "de porter les armes" ^^, le Roi mobilise pas les vieillards et les adolescents quand même (enfin pas en début de guerre en tout cas =P)

En espérant t'avoir éclairé...

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par monia le Dim 22 Mar - 13:19

Merci pour les éclaircissements.

le "en âge" va avec la suite de la phrase "de porter les armes" ^^,
il faut alors mettre une virgule après hommes valides pour séparer les mots, c'est + facile pour la compréhension Smile
avatar
monia
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 13972
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 10/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Baal [M.B.] le Dim 22 Mar - 15:51

Pour la ponctuation tu as toujours du mal ^^

Sinon toujours tes phrases qui tournent en rond et qui sont lourdes du genre :
darkychou a écrit:
les hommes agenouillés face contre terre d’un côté, les femmes et leurs enfants à genoux de l’autre.
Un petit effort quand même, rien que enlever agenouillés allègerait bien la phrase.



Aussi je pense que tu t'es un peu perdu toi-même à certains moments de ton histoire :

darkynet a écrit:... Et au centre, une dizaine d’homme au garde-à-vous, vêtus de plastrons et de calottes de cuir, armés de glaives ou d’arc [...] Alors que les miliciens étaient toujours agenouillés ...
c'est la milice armée du village on est d'accord ?

alors pourquoi ils attaquent au poing ???
darkyky a écrit:... Voyant quel serait leur sort, les hommes s’attaquèrent à l’Apprenti, aux cavaliers ou tentèrent de s’enfuir. Armés de leurs poings et de leur courage défaillant ...

Curieux de pas se servir de ses armes.

A priori, il y a du monde avec les prêtres :
darkanu a écrit:Des cavaliers entrèrent au galop dans le village, amenant avec eux un énorme nuage de poussière.
[...]
Puis ils revinrent vers la porte principale et formèrent une haie d’honneur de part et d’autre de celle-ci. Une vingtaine de chariots accompagnés par une poignée de cavaliers firent leur entrée dans le village.
[...]
Les nouveaux venus étaient tous des soldats de métier, aux armures frappés du blason du Royaume et aux visages marqués par les nombreuses années de service, sauf deux personnes

A moins qu'ils ne soient qu'illusion ...

darkyounet a écrit:(Les deux cavaliers quittèrent le village, laissant derrière eux un vrai charnier)
[...]
Alors que les deux Prêtres s’éloignaient du village ...


J'aurais pas mis entre parenthèses, mais bon la question n'est pas là. Où sont tous les autres soldats, les 20 chariots ???



Ensuite sur la mise en page, tu aurais peut être pu éclaircir un peu en revenant à la ligne ou en distinguant mieux les dialogues ; étant donné que tu as des paragraphes assez longs cette fois-ci (juste une suggestion). Et donc quand tu entames les dialogues revenir à la ligne avec un tiret serait mieux, je pense, que d'ouvrir des guillemets que tu ne sais quand refermer (j'en ai vu qui sont encore ouvert ^^).

Voilà sinon, l'histoire est assez attrayante, je trouve très intéressante ta manière d'écrire. Je reste fan quand même Smile
avatar
Baal [M.B.]
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 5810
Age : 30
Localisation : en chemin
Date d'inscription : 12/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Dim 22 Mar - 16:33

Baal [M.B.] a écrit:Pour la ponctuation tu as toujours du mal ^^

Sinon toujours tes phrases qui tournent en rond et qui sont lourdes du genre :
darkychou a écrit:
les hommes agenouillés face contre terre d’un côté, les femmes et leurs enfants à genoux de l’autre.
Un petit effort quand même, rien que enlever agenouillés allègerait bien la phrase.

Je sais que c'est un peu lourd mais j'ai pas réussi à trouver de formulation autre qui me plaisait... Donc j'ai laissé ça...



Baalounet a écrit:Aussi je pense que tu t'es un peu perdu toi-même à certains moments de ton histoire :

darkynet a écrit:... Et au centre, une dizaine d’homme au garde-à-vous, vêtus de plastrons et de calottes de cuir, armés de glaives ou d’arc [...] Alors que les miliciens étaient toujours agenouillés ...
c'est la milice armée du village on est d'accord ?

alors pourquoi ils attaquent au poing ???
darkyky a écrit:... Voyant quel serait leur sort, les hommes s’attaquèrent à l’Apprenti, aux cavaliers ou tentèrent de s’enfuir. Armés de leurs poings et de leur courage défaillant ...

Curieux de pas se servir de ses armes.

Mais non, ils sont tous crevés les gars de la milice ^^ L'Apprenti fait exploser le chef, en décapite deux autres puis carbonise les autres... C'est le reste des hommes du village qui se battent avec leurs poings...



Baalounet a écrit:A priori, il y a du monde avec les prêtres :
darkanu a écrit:Des cavaliers entrèrent au galop dans le village, amenant avec eux un énorme nuage de poussière.
[...]
Puis ils revinrent vers la porte principale et formèrent une haie d’honneur de part et d’autre de celle-ci. Une vingtaine de chariots accompagnés par une poignée de cavaliers firent leur entrée dans le village.
[...]
Les nouveaux venus étaient tous des soldats de métier, aux armures frappés du blason du Royaume et aux visages marqués par les nombreuses années de service, sauf deux personnes

A moins qu'ils ne soient qu'illusion ...

darkyounet a écrit:(Les deux cavaliers quittèrent le village, laissant derrière eux un vrai charnier)
[...]
Alors que les deux Prêtres s’éloignaient du village ...


J'aurais pas mis entre parenthèses, mais bon la question n'est pas là. Où sont tous les autres soldats, les 20 chariots ???

Bah ils sont partis ^^ Regarde début de l'avant dernier paragraphe... Si j'ai mis entre parenthèse, c'est parce que le Maître parle avant et après l'action, et je me suis dis que pour un truc aussi banal, pas besoin de fermer les guillemets.



Baalounet a écrit:Ensuite sur la mise en page, tu aurais peut être pu éclaircir un peu en revenant à la ligne ou en distinguant mieux les dialogues ; étant donné que tu as des paragraphes assez longs cette fois-ci (juste une suggestion). Et donc quand tu entames les dialogues revenir à la ligne avec un tiret serait mieux, je pense, que d'ouvrir des guillemets que tu ne sais quand refermer (j'en ai vu qui sont encore ouvert ^^).

Il est vrai que j'ai pas fait beaucoup d'effort sur la présentation, je vais essayer d'améliorer ça ^^ Par contre tu peux me dire où j'ai laissé une guillemet ouverte parce que je vois pas ^^


C'est mieux comme ça au niveau de la lisibilité ?

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par monia le Dim 22 Mar - 19:51

Après une nouvelle lecture, je l'aime mieux comme cela ton RP, bravo Smile
avatar
monia
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 13972
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 10/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Dim 22 Mar - 20:00

Merci =P

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Baal [M.B.] le Dim 22 Mar - 20:25

je trouve plus clair déjà, et l'histoire m'a plut en plus alors bravo darky Wink
avatar
Baal [M.B.]
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 5810
Age : 30
Localisation : en chemin
Date d'inscription : 12/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Ven 27 Mar - 0:08

Un Rp qui commence à dater et qui est sensiblement différent de ce que j'écris maintenant... Mais bon c'était un "fantasme" de faire un Rp comme ça, alors ça me plaît toujours de le lire =P


Assaut Sith


Jerry rentra la tête dans les épaules quand des tirs de blaster retentirent à côté de lui. Tout en maudissant ses ennemis, il changea le réglage de son fusil blaster, passant du mode « normal » au mode « tir continu ». Il fit signe à ses hommes de se tenir prêts à attaquer. Voilà maintenant deux heures que sa section se faisait canarder par un ennemi supérieur en nombre et en puissance. Jerry avait déjà perdu cinq de ses hommes et trois autres étaient légèrement blessés. Puis, graduellement, le feu nourri qui obligeait les Républicains à rester à couvert s’apaisa, laissant place à un bruit de bottes sur un sol métallique. Jerry patienta quelques instants, fit signe à ces hommes d’attendre puis se leva de derrière la rambarde qui lui servait de protection. Cette rambarde était destinée à empêcher les passants de tomber dans le fleuve situé en contrebas. Ce fleuve était surmonté par un large pont métallique qui reliait les deux rives et qui était l’endroit où Jerry, sa section et d’autres formations de combat de la République avaient été envoyées pour contrer l’avancée Sith dans cette partie de la ville. C’est sur cet édifice que marchaient à présent au moins une trentaine de soldat Sith qui partait donner l’assaut à la rive droite de la ville, aux mains des Républicains. Jerry fit feu dans la direction du pont sans prendre le temps de viser avant de retourner à l’abri, derrière sa rambarde. Sa salve hasardeuse faucha trois soldats Sith et eu pour conséquence une reprise des tirs, mais cette fois concentrées sur lui. Il fit signe à ses hommes de passer à l’attaque, ce qu’ils firent de manière magnifique : les Sith étant trop occupés à canarder Jerry, les Républicains purent démarrer un tir de riposte qui élimina les Sith présents sur la passerelle puis nombre de ceux qui se trouvaient sur la rive gauche… Poussant leur avantage, ils lancèrent une contre-attaque qui, malgré la mort d’une vingtaine de soldats, bouta les Sith hors des bords de la rive gauche, les faisant battre en retraite. Ne pouvant soutenir l’assaut avec uniquement une cinquantaine d’hommes, Jerry appela le quartier-général pour demander des renforts. Celui-ci accusa réception et confirma l’envoi d’un bataillon et demi de soldats. Jerry ordonna à ses hommes de se mettre en position défensive le temps que les renforts arrivent. Pendant qu’ils obéissaient, il se dirigea vers leur poste de commandement en soufflant de dépit. Putain de journée en perspective !

« Hey lieutenant ! Comment ça va ? »
Jerry regarda le soldat qui lui avait adressé la parole juste après qu’il soit rentré dans le PC. Merde… Pas lui.
« Ca va, ca va…
-Vous leur avez foutu une sacrée dérouillée aux Sith, hein lieutenant ? »
Jerry ne prit même pas la peine de répondre et se dirigea vers la réserve. Il en ressortit avec quatre grosses caisses de marchandises posées sur un chariot à répulseur… Des caisses comportant la marque « MINES » sur leur couvercle.
« Vous allez leur faire péter la gueule lieutenant hein ? »
Jerry s’arrêta quelques instants, la main posée sur la poignée de la porte. Il fit un gros effort pour ne pas dire ce qu’il pensait puis sortit du PC avec son chargement explosif. Qu’est-ce-qu’il était chiant ce soldat ! Toujours en train de lui parler de trucs pas drôles avec un air d’ahuri… Laissant de côté ses préjugés sur la qualité des recruteurs de la République, Jerry arriva à destination, en l’occurrence le pont, et arrêta son chariot répulseur. Il héla trois de ses hommes.
« Carter ! Huston ! Beverl ! Venez par là les gars !
-Oui chef qu’y a-t-il ?, fit Carter après avoir approché.
-Vous pouvez m’emmenez ces boites de l’autre côté du pont s’il vous plaît ? Je vous rejoindrais avec la dernière boite, mais avant faut que je parle à Carlith.
-Pas de problème. Allez les gars, au boulot ! »
Les trois Républicains prirent chacun une boite et traversèrent le pont. Jerry, lui, se dirigea vers un groupe de soldats en train de ratisser le champ de bataille pour y enlever armes et cadavres.
« Carlith ! Tu peux venir s’il te plaît ? »
Un des soldats se releva, les bras chargés de fusils blasters, pistolasers et vibro-lames. C’était une femme Humaine, brune, aux yeux marrons et terriblement belle aux yeux de Jerry. Elle posa son « colis » et vint voir ce que son chef lui voulait.
« Oui ?, fit-elle d’un ton las. Qu’est-ce qu’il y a ?
-Tu peux me rendre un service mon cœur ? Faudrait aller chercher des grenades à la réserve mais là je suis occupé donc est-ce que tu pourrais t’en chargé s’il te plaît ?
-Ouais, si tu veux, fit-elle sans grand enthousiasme. Et je t’ai déjà dit que j’étais pas ton « cœur » !
-Merci mon ange, t’es adorable », fit Jerry avant de se diriger vers le chariot, de prendre la dernière boite de mines et de traverser le pont. Carlith eut un petit sourire, amusé par l’énergumène qu’était son chef.
« Quel chieur celui-là », fit-elle tout bas.

« Alors chef, comment tu veux l’organiser ton champ de mines ? »
La question d’Huston plongea Jerry dans une intense réflexion pendant quelques instants.
« Chef ?, re-questionna Huston. Vous êtes-avec nous ?
-Mais oui je suis là… J’étais juste en train de réfléchir… (Jerry prit une carte du coin) Alors voilà : vous allez me mettre un premier arc de cercle de mines aveuglantes ici puis deux arcs de mines à fragmentation moyenne, fit Jerry en dessinant des arcs se rapprochant de plus en plus du pont. Ensuite on enchaîne avec un arc de mines à gaz, puis un d’aveuglante et deux autres de fragmentations et plasma mortelles. Ensuite un arc de fragmentation moyenne, un de plasma moyenne et enfin un arc de fragmentation faible, pas trop près de nos hommes non plus, faudrait pas qu’ils soient blessés… Vous avez compris ?
-Oui chef ! », firent simultanément les trois soldats avant de prendre chacun une boite et de se mettre au boulot. Jerry les regarda travailler pendant quelques instants puis alla rejoindre le reste de ses hommes en train d’installer barricades et abris de tir pour l’affrontement imminent. Satisfait du travail en cours, il retraversa le pont pour superviser la répartition des armes et grenades ramenées par Carlith, afin d’homogénéiser au mieux leur puissance de feu. Cela fait, il envoya deux éclaireurs pour repérer l’avance de l’ennemi. Il était à présent 14H. Les éclaireurs revinrent une heure et demie plus tard, disant que la force d’assaut Sith était à moins de trente minutes de leur position. Jerry prit une profonde inspiration et demanda à ses hommes de se préparer : le moment de vérité de la journée approchait…

Une violente explosion retentit au loin, immédiatement suivie d’une autre. Jerry regarda son voisin, Carter, qui échangeait des regards complices avec Huston et Beverl.
« C’est vous qui êtes à l’origine de ça ?, demanda Jerry.
-Oui chef : il nous restait quelques mines après l’installation du champ et on s’est dit qu’on n’allait pas les laisser toutes seules dans leur boites… Alors on les a placés par groupe de deux sur le chemin de la force d’assaut Sith…
-Pas bête du tout… Comme ça les Sith sont retardés, leur forces diminuées et on sait à peu près où ils sont… Et vous leur avez laissés combien de « petits cadeaux » ?
-Cinq, soit dix mines en tout, répondit Carter alors qu’une nouvelle double explosion retentissait. Oups… »

Les Républicains patientèrent dans le silence, comptant le nombre de double explosion. Jerry, ce qui restait de sa section et quelques hommes triés sur le volet se trouvaient sur la rive gauche de la ville, au niveau du pont, protégés par les abris mis en place un peu plus tôt dans la journée et derrière le champ de mines. Jerry se retourna vers la rive droite pour s’assurer que les soldats restés de ce côté étaient bien prêts. Une quatrième puis une cinquième double explosion retentirent non loin de leur position.
« Ils sont tout proche maintenant », dit Carter.

En effet, quelques instants plus tard, le bataillon d’assaut Sith jaillit de trois rues différentes. Composé de soldats normaux, d’élites, de grenadiers et de droïdes, la force d’assaut était sur les nerfs : malgré leur entrainement et leur prudence, ils n’avaient vu aucun des « cadeaux » des Républicains. Une fois qu’ils furent en vue du pont, les Sith se rassemblèrent pour faire le point et le compte des pertes. Puis ils se mirent en formation de combat : les droïdes de guerre furent placés en première ligne sur deux rangs, précédés d’un rang de soldats d’élites et suivis du reste de la force d’assaut (soldats normaux et d’élite mélangés). Les officiers formaient l’arrière-garde. Les Sith avancèrent lentement, redoutant pièges et embuscades de la part des Républicains. Ceux-ci, sur ordre de Jerry, n’ouvrirent pas le feu et attendirent Le premier rang de soldats d’élites entra dans le champ de mines et déclencha les mines aveuglantes. Aveuglés et sonnés, ils firent des cibles faciles pour les soldats de la rive gauche qui firent parler leur blaster. Deux salves plus tard, s’en étaient finis de la première vague d’attaquant Sith. Leurs ennemis repérés, les droïdes de guerre avancèrent dans le champ de mines tout en faisant feu sur les Républicains. Les trois quarts furent détruits par les mines et le reste par les Républicains.

Reprenant leurs esprits et oubliant toute discrétion ou prudence, les officiers Sith lancèrent leurs hommes à l’assaut à travers le champ de mines… Les soldats s’élancèrent en braillant des insultes qui furent coupées par les explosions. Jerry et les hommes postés sur la rive gauche durent s’abriter derrière leurs bras et s’écraser au sol pour éviter les projections incessantes de poussières et débris de mines. Les Républicains de la rive droite ouvrirent le feu pour empêcher ceux de la rive gauche d’être submergé par la marrée Sith qui, malgré les ravages causés par le champ de mines, gardait l’avantage du nombre. Équipées d’armes lourdes, les troupes de Jerry firent ainsi en quelques secondes d’énormes ravages, permettant à celles de la rive gauche de s’élancer sans grand danger sur le pont pour aller rejoindre l’autre rive. Le timing était parfait car, quelques secondes plus tard, des grenades Sith atterrirent derrière les abris et les firent sauter. S’installant aux postes prévus, Jerry et ses hommes continuèrent de canarder les Sith qui se rendirent compte que la rive gauche était entre leurs mains. Ils chargèrent alors furieusement en direction du pont : une partie du bataillon d’assaut s’élança sur celui-ci pendant que le reste s’abritait derrière la rambarde pour couvrir l’avancée de leurs collègues (et surtout pour s’abriter du feu meurtrier des Républicains). Sur un signe de Jerry, tous les Républicains lancèrent une grenade soit sur le pont, soit derrière la rambarde puis s’abritèrent. De terribles explosions retentirent, projetant Sith vivants ou morts et armes dans les airs… Des détonateurs thermiques, privilèges de la République et armes de destructions très efficaces. Lorsque le silence revint, la bataille était terminée : du fier bataillon Sith partit à l’assaut, il n’en restait plus qu’une poignée de survivants plus ou moins blessé ainsi que les officiers. Les débris du bataillon repartirent d’où il venait sous les hourras des Républicains. Jerry monta même sur la rambarde pour narguer les Sith.

En entendant les cris, l’officier le plus gradé du bataillon (un capitaine) se retourna et observa les Républicains victorieux avec des yeux noirs. Puis il aperçut cet ennemi qui faisait le mariole sur la rambarde…
« Oh lui, il n’allait pas s’en sortir aussi facilement », pensa le Capitaine tout en dégainant son blaster.
Il visa longuement et soigneusement l’acrobate et appuya sur la détente. Malheureusement ou heureusement, le rayon n’atteignit que l’épaule gauche de Jerry qui tomba par terre en se fracturant l’omoplate. Assez satisfait de son tir, l’officier Sith rengaina son arme et disparu avec les survivants sous les insultes républicaines. Le médecin vint au côté de Jerry et le mis sur une civière. En voyant Carlith et ses hommes sain et sauf ainsi que l’arrivée des renforts menés par un Chevalier Jedi, Jerry se sentit malchanceux… Il l’avait dit que ça serait une putain de journée !

Lien vers la version Word "originale": http://www.scribd.com/doc/13679850/RP-PremierAssaut-Sith


Dernière édition par Dark Anubis le Ven 27 Mar - 2:37, édité 3 fois

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par monia le Ven 27 Mar - 0:27

Super, du début à la fin, tout est parfaitement compréhensible.

Quelques fautes, si je peux me permettre :

- qu’il soit rentré dans la PC (le : si c'est bien le poste de commandement)

-Vous leur avait foutu (vous leur avez foutu)
avatar
monia
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 13972
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 10/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Ven 27 Mar - 0:59

Arf flûte je les avais pas vu celle-là ^^

Merci Wink


EDIT: rajout des liens vers les versions Word "originale" où la présentation est plus belle et où vous pourrez profiter des petites notes de l'auteur dans certains Rps (et pour les geeks, vous pouvez même télécharger tout ça en .pdf ^^)

Premier Rp: http://www.scribd.com/doc/13680832/Rp-DG-Premier-Tour
Deuxième Rp: http://www.scribd.com/doc/13680835/Rp-DG-deuxieme-tour
Troisième Rp: http://www.scribd.com/doc/13679850/RP-PremierAssaut-Sith

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Lun 30 Mar - 19:20

Une discipline dans laquelle je ne m'étais jamais aventuré, celle de la poésie... Voici mon premier poème, donc soyez indulgent svp ^^ (je vous ai épargné la discution floodique que j'avais fait avant... Même si je suis assez fier de ce que j'avais fait =P)

Gurdil, le pseudo poète a écrit:
La tristesse d'une Âme délaissée.

Oh toi, étoile scintillante et resplendissante
Au sein de la noirceur de la Voûte Céleste,
Que de souffrances m'as-tu infligée
Depuis ce jour où mes yeux se sont posés sur toi.

Réunis en un même lieu par le hasard,
Je n'avais point remarqué ta beauté
Jusqu'à ce jour où le destin lui-même
Fit cohabiter nos chemins.

Alors bien indigne de ce que je suis
Je ne sus trouver les mots qu'il fallait
Pour capter tes pensées et me frayer
Un chemin au sein de ton cœur.

Apprenant que le vide autour de toi était déjà comblé
Par un attentionnée et bienfaisante énergie,
J'enfermai mes émotions dans une partie de mon être
Où la souffrance et la tristesse régnaient en maîtres.

Le Temps s'écoula, impitoyable et sans merci
Dessinant pour nous deux des destinées différentes...
Mais ce n'est qu'au plus profond de la nuit,
Que l'on peut apercevoir la lueur d'espoir.

Abandonnée douloureusement par ton Âme soeur,
Tu fus happé par bien épaisses ténèbres,
Telle l'étoile que tu es aspirée par un trou noir.

Mais les malheurs des uns font le bonheur des autres,
Et mes émotions enfermées avec soin
Parvinrent à s'enfuir et à se répandre
Me redonnant un souffle de vie, une lueur d'espoir.

Mais je fus telle la neige sur tes lèvres,
M'accrochant à toi lors de l'hiver qui te frappa
Et disparaissant lorsque le printemps revint.

Ton Âme sœur reprit sa place à tes côtés,
Comblant ainsi le vide qu'elle avait créé.

J'aurai tant aimé avoir un Ange auprès de moi,
Mais je ne me retrouve qu'avec mes Spectres déchus
Et mes anciens Démons, sortis de leur fragile prison.

This one is for you
For you, only for you
Just let me cry
I feel for you...

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Baal [M.B.] le Lun 30 Mar - 20:17

très sympathique ça change des rps sanglants Smile

par contre je peux te corriger quelques erreurs ?? Smile

darkynoob a écrit:Que de souffrances m'as-tu infligée

pourquoi un "e" ??? parce que tu as inversé le sujet et le verbe naaaan faux !!!

dakydistrait a écrit:Par une attentionnée et bienfaisante énergie,

juste un oubli j'imagine ^^

darkonjugaison a écrit:J'enfermais mes émotions dans une partie de mon être

et je peux même t'expliquer que c'est un imparfait Smile

ça dépend a écrit:Abandonnée douloureusement par ton Âme soeur

là si tu parles de ton âme c'est juste mais si tu parles de toi ou même de ton cœur pas de "e" Wink

darkonjugaison a écrit:Tu fus happée par bien épaisses ténèbres,

auxiliaire être ... à moins que tu parles à un mec, auquel cas c'est le début qui est faux Razz

but thank you for this, you had touch my heart Razz
avatar
Baal [M.B.]
God of the forum
God of the forum

Nombre de messages : 5810
Age : 30
Localisation : en chemin
Date d'inscription : 12/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Dark Anubis le Lun 30 Mar - 21:21

Baal [M.B.] a écrit:
darkynoob a écrit:Que de souffrances m'as-tu infligée

pourquoi un "e" ??? parce que tu as inversé le sujet et le verbe naaaan faux !!!

Bah je sais pas, "infligé" c'est un participe passé là, et il s'accorde quand même, puisque c'est "m'as"... Et comme je parle de la souffrance qu'une personne m'a infligée... Suspect

Baal [M.B.] a écrit:
dakydistrait a écrit:Par une attentionnée et bienfaisante énergie,

juste un oubli j'imagine ^^

darkonjugaison a écrit:J'enfermais mes émotions dans une partie de mon être

et je peux même t'expliquer que c'est un imparfait Smile

darkonjugaison a écrit:Tu fus happée par bien épaisses ténèbres,

auxiliaire être ... à moins que tu parles à un mec, auquel cas c'est le début qui est faux Razz

Arf oui pas vu en effet, merci

Baal [M.B.] a écrit:
ça dépend a écrit:Abandonnée douloureusement par ton Âme soeur

là si tu parles de ton âme c'est juste mais si tu parles de toi ou même de ton cœur pas de "e" Wink

Euh non je parle d'une demoiselle donc voilà quoi...


Baal [M.B.] a écrit:but thank you for this, you had touch my heart Razz

Merci

_________________



"Je fais le con, mais je le fais bien"
avatar
Dark Anubis
Admin
Admin

Nombre de messages : 2547
Age : 28
Localisation : Dans une petite ville avec une équipe de Handball en première division
Date d'inscription : 12/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://imph.activebb.net/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Rps du pas beau...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum